Aéroport de Brazzaville: les coûts aéroportuaires et la qualité des services décriés

Aéroport de Brazzaville: les coûts aéroportuaires et la qualité des services décriés

En termes d’infrastructures, c’est le plus important aéroport de la zone d’Afrique centrale. Un peu plus 1 million de passagers y transite, mais les services semblent ne pas plaire aux usagers.
«Malheureusement, l’offre de services au sol laisse encore à désirer», à l’aéroport international Maya -Maya de Brazzaville, se plaint le Représentant  d’une importante compagnie aérienne. Air France a dû annuler son vol pour manque de kérosène. L’appareil a passé la nuit dans la capitale congolaise  pour attendre que les autorités aéroportuaires camerounaises lui donnent l’autorisation de se ravitailler en kérosène à l’aéroport Yaoundé -Nsimalem.

La compagnie Royal Air Maroc a été confrontée à la même difficulté. La conséquence directe, c’est que le transporteur est contraint de supporter les frais de stationnement. Il convient de noter le toucher du tarmac coûte 600.0000 francs Cfa à chaque compagnie qui desserte Brazzaville où Pointe-Noire. A cela il faut y adjoindre les frais de stationnement et autres taxes connexes, que l’on dit plus élevés que dans les principaux aéroports de la sous région.

Une boutique à louer à l’aéroport international Maya-Maya coûte 3 millions de francs Cfa par mois, contre moins d’un million à Libreville, Malabo, Douala et Yaoundé.
Qui plus est, l’aspect sécuritaire est, aux dires des fins  limiers de l’aviation civile, «une affaire d’amateurs». Le ministre congolais des Transports est appelé à rendre plus compétitif une plate forme aéroportuaire appelée à devenir le «Hub» de l’Afrique centrale.

© A.N


Tags assigned to this article:
Aéroport de BrazzavilleMaya-Maya

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils