home International, RD Congo A Kinshasa, le vol des smartphones bat son plein

A Kinshasa, le vol des smartphones bat son plein

Téléphone portable (smartphones)
Image d’archive|© DR

Il ne se passe pas un jour sans qu’un ami ne me raconte qu’il a été victime d’un vol de téléphone, quand ce n’est pas moi-même qui suis la victime. Les shégués, chipent les téléphones afin de les revendre à petit prix au marché noir.

« Nous nous plaçons dans les arrêts de bus, les ronds-points et les marchés », explique le voleur anonyme. A cet endroit, ils observent les accros des smartphones, les «  smombies », ces jeunes qui marchent les yeux braqués sur leurs téléphones. Une fois la cible choisie, ils les menacent et leur volent le téléphone lorsqu’ils entrent dans un taxi.

A l’écoute de ce témoignage, je comprends comment j’ai été victime du vol de mon téléphone il y a un mois. S’approchant de ma voiture, un homme crie comme un receveur : « Matete, matete…Boya matete » (Venez, entrez ! Bus à destination de Matete). Je ne me méfie pas le prenant pour un simple receveur, il glisse sa main dans la voiture, et pique mon téléphone en disant « Oza zoba, na fongoli yo misu » (idiot, je t’ouvre les yeux). Comme moi, ils sont nombreux ces Kinois qui, subissent à toute heure du jour et de la nuit le vol de leur smartphone. Mais que font-ils ensuite avec ces téléphones ?

Koweit, le marché pirate des Kinois

Arrivé à « Koweit », le marché noir de l’électronique à Kinshasa, le chaleureux accueil que je reçois me laisse sans mot. Une foule immense devant l’avenue, tout le monde regarde mes poches et mes mains. Ils crient : « Tu veux acheter ou vendre, réparation, compassion et/ou échange tout y est ! » On m’attrape à gauche, on me tire à droite…

Les shégués viennent de tous les côtés pour vendre leurs téléphones volés. Curieusement, je rencontre aussi des acheteurs aux apparences sérieuses. Ici, la loi du « voleur volé » bât son plein, le prix n’a pas de valeur. Parti de cet endroit, je me résous à ne plus me laisser voler.

© wazaonline

TAGS:

Ici Brazza

L'actualité congolaise est une affaire personnel. Mais je ne peux m'empêcher de la partager avec vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils