home Art & Culture, Brazzaville, Congo 7e édition miss Mama Kilo : Nelly Josiane Okombi remporte la couronne

7e édition miss Mama Kilo : Nelly Josiane Okombi remporte la couronne

La Miss entourée de la première et deuxième dauphines|
La Miss entourée de la première et deuxième dauphines|Ph adiac-congo

Dix-huit candidates venues de cinq pays d’Afrique, à savoir l’Angola (3 candidates), le Bénin (3 ), la RCA (3), la RDC (4) et le Congo-Brazzaville pays hôte (5), ont pris part à cette septième édition de l’élection Miss Mama Kilo, qui a tenu toutes ses promesses, le 3 avril, à Brazzaville. La Congolaise, Nelly Josiane Okombi succède à la Camerounaise Sylvie Fouzing.

Organisée par Rosine Assemekang, l’élection Miss Mama Kilo vise à décomplexer les Africaines qui pensent que seules les femmes minces et fines ont de la valeur. Car Miss Mama Kilo imprime le rythme et rappelle la réalité physique de la femme africaine aimée et désirée par des Africains qui savent choisir. En effet, si sous d’autres cieux, les femmes à la taille fine sont les plus appréciées; en Afrique, les grosses femmes représentent l’idéal même de la beauté,  surtout si leur « arrière-train est proéminent ». C’est ainsi que pour les valoriser, une élection dite « Mama Kilo » est organisée.  Cette céremonie a été animée par la star de la musique congolaise moderne, Jules Shungu Wembadio dit Papa Wemba, qui a prôné pour l’unité des deux Congo

Plusieurs critères ont été mis en exergue. Pour être désignée, il fallait être originaire d’un pays africain, avoir au minimum 30 ans, peser plus de 100 kg, être élégante et avoir la beauté africaine sous toutes ses formes et rondeurs, avoir une bonne démarche, être souple et savoir danser.

Après plusieurs passages en tenues de ville, traditionnelles, relaxes confectionnées par les Jumelles de Brazzaville,  et sous les pas de danses d’Apparragguachaa de Kingoli authentique et de Ya Mado de Fabrigas le métis noir, le jury présidé par l’ivoirien Guy Vougardi, la béninoise Clémentine Zankan et la malienne Bintou Cissé a choisi sept lauréates et une miss sur les dix-huit candidates. Il s’est agi de :

7e dauphine : Magalie Opangault de la RC, 38 ans, 155 kg, mère de 2 enfants ;

6e dauphine : Julie Mangono Mwilu de la RDC, 37 ans, 130 kg, mère de 3 enfants ;

5e dauphine : Fatoumata Ossebi de la RC, 30 ans, 160 kg, mère d’un enfant ;

4e dauphine : Fatuma Sudi de la RDC, 39 ans, 145 kg, mère de 3 enfants ;

3e dauphine : Vera Mampasi Makaya de la RDC, 34 ans, 140 kg, mère de 3 enfants ;

2e dauphine : Stella Amoussou du Bénin, 39 ans, 170kg, mère de 4 enfants ;

1ère  dauphine : Théthé Ntumba de la RDC, 38 ans, 135 kg, mère de 2 enfants ;

Miss Mama Kilo : Nelly Josiane Okombi, 40 ans, 150kg, mère de 5 enfants, originaire d’Owando, département de la Cuvette centrale. Elle est coiffeuse-esthéticienne de profession.

Lors de la sortie traditionnelle combinée à la danse Ya Mado de Fabrigas le métis noir
Lors de la sortie traditionnelle combinée à la danse Ya Mado de Fabrigas

À l’issue de son sacre, la miss Nelly Josiane Okombi, n’a pas caché ses sentiments. « Je suis très émue et ne sais quoi dire. Seulement, je remercie maman Rosine Assemekang pour l’organisation réussie de cette soirée élective et surtout pour m’avoir appris à marcher, à attacher le pagne, à danser, surtout que c’était l’un des critères. Je remercie également le président de la République pour la paix sans laquelle cette élection n’allait pas avoir lieu. Je sollicite aussi l’appui financier et moral des cadres d’Owando. À toutes les dames qui veulent bien valoriser leur taille, je les invite à s’inscrire à cette compétition comme nous l’avions fait à cette septième édition. »

Des promesses satisfaisantes

Pour avoir accepté de participer à cette élection, toutes les candidates (gagnantes et perdantes) bénéficieront d’une enveloppe offerte par le comité d’organisation ; un bilan gynécologique et abdominal à toutes les candidates offert par la Fondation Joséphine Bouya (entendu qu’un bilan de ce type coûte approximativement 250.000 FCFA). Les lauréates auront en ce qui concerne la miss, un billet aller-retour Brazzaville-Paris-Brazzaville ; 2 billets Brazzaville-Dubaï-Brazzaville pour la première et deuxième dauphines ; un billet Brazzaville-Paris-Brazzaville pour le comité d’organisation offert par la société nationale d’aviation ECAir. Le secrétaire général de la BEAC Daniel Ngassiki a promis des pièces super wax aux lauréates ; l’administrateur maire de l’arrondissement 5 Ouenzé, Marcel Nganongo, a promis une somme de 1million de FCFA à la Miss Mama Kilo ; la Fondation Génération Avenir ; la coordonnatrice des recettes au Trésor ; les dames Gisèle Ngondo ; Brigitte Obongo, offriront des dons à la miss ; la boutique Plénitude beauté, offrira des produits de beautés aux lauréates.    

Autre moment fort de la soirée : la remise des prix Mwasi ya Nsomi aux femmes administratives, aux associations féminines et autres femmes excellant dans les actions humanitaires.

Notons qu’un vibrant hommage a été rendu au seigneur Tabu Ley Rochereau à travers la chanson Ekeseni, interprétée par Bana BEA et Adios Théthé interprétée par Papa Wemba l’applaudimètre de la soirée. Les Tam-Tam Sans frontières ont également agrémenté cette soirée élective.

La huitième édition est prévue pour mars 2016 et les inscriptions débuteront en août 2015, a expliqué Rosine Assemekang.

© Adiac-Congo

TAGS:
Photo du profil de Adiac-Congo

Adiac-Congo

L’Agence d’information d’Afrique Centrale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils