20ème anniversaire du Statut de Rome : Isidore Mvouba propose l’immunité pour les chefs d’Etat en fonction devant la CPI

Isidore Mvouba

Le président de l’Assemblée nationale, Isidore Mvouba ©CPI

Les chefs d’Etat en fonction devraient-ils bénéficier d’une immunité de poursuites lorsque des atrocités sont commises sous leur responsabilité ? En ce qui concerne Isidore Mvouba, la réponse est un « oui ». Pour le président de l’Assemblée nationale congolais, il faut exonérer les chefs d’État de responsabilité pénale tant qu’ils sont en exercice, en amendant l’article 27 du Statut de Rome.

«La CPI gagnerait en changeant de braquer (…) Le Statut de Rome, il faut le dire, doit connaitre des reformes. L’immunité des chefs d’Etat en fonction, le cas par exemple du président soudanais, El-Bechir. Il y a nécessité d’aller vers un renouveau dans la coopération entre les Etats et la CPI », a déclaré Isidore Mvouba lors de la commémoration du Statut de Rome, le 16 juillet 2018, dans les locaux de la Cour suprême des Pays-Bas, à La Haye.

Cette commémoration du 20è anniversaire de la CPI a été marquée par un symposium au cours duquel les débats ont tourné autour du droit des victimes, du financement de la Cour dont le budget stagne depuis cinq ans.

Les idées reçues sur une CPI qui serait tournée «uniquement contre les Africains», ou «une justice des Blancs» ou des «vainqueurs contre les vaincus» a fait l’objet de vifs échanges.

Il en ressort que dans quasiment tous les dossiers traités par la Cour, ce sont les Etats africains qui ont, de leurs propres chefs, saisi la CPI.

Ce 20è anniversaire du traité fondateur de la CPI a été célébré en présence de représentants de haut niveau de plus de 30 États membres.

Le Statut de Rome, le traité fondateur de la Cour pénale internationale (CPI) a été adopté le 17 juillet 1998 dans la capitale italienne. Reconnue aujourd’hui par 120 pays, la CPI est la première cour pénale internationale permanente créée pour mettre fin à l’impunité des auteurs des crimes liés notamment au génocide, aux crimes contre l’humanité, aux crimes de guerre et au crime d’agression.

Le Statut de Rome, fondateur de la CPI, a aussi créé un Fonds au profit des victimes qui dispose d’un double mandat : mettre en œuvre les réparations ordonnées par la Cour et apporter une réhabilitation physique, psychologique et matérielle aux victimes survivantes, à leurs familles et aux communautés affectées.

Germaine MAPANGA / Les Echos du Congo Brazzaville 

Ici Brazza

Ici Brazza

L'actualité congolaise est une affaire personnel. Mais je ne peux m'empêcher de la partager avec vous.


Tags assigned to this article:
CPIIsidore MvoubaStatut de Rome

Related Articles

Le président Ali Bongo appelle à des réformes constitutionnelles au Gabon

    Le président Ali Bongo Odimba, investi ce mardi pour un deuxième septennat, à la tête du Gabon, a

Décès de Kofi Anna, un géant de la diplomatie

Kofi Annan, décédé samedi à l’âge de 80 ans, a marqué de son empreinte les Nations unies, à la tête

Francesco Smalto: «L’homme qui habille les hommes» est décédé

Pour le milieu de la mode, c’était «l’homme qui habille les hommes». Françoise Sagan a dit de lui: «C’est un

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils