Skip to content

Congo : Les agents de la Sopeco réclament 24 mois d’arriérés de salaires au gouvernement

[GARD align= »center »]

Les agents de la Société des postes et de l’épargne du Congo (Sopéco), ont revendiqué, les 15 et 16 février à Brazzaville, au gouvernement le paiement de 24 mois d’arriérés de salaires, afin de faire à leurs besoins sociaux.

Lors d’un sit-in organisé pour la circonstance, le secrétaire général du Syndicat des postiers, M. Gestas Ndzala Ngami, a appelé le gouvernement de leur venir en aide pour juguler la crise qui mine la Sopéco. «Nous sollicitons l’intervention du Président de la République qui a toujours milité et lutté pour le bien des Congolais», a-t-il fait savoir.

Il a dénoncé le fait que les travailleurs de la Sopéco pour percevoir leur salaire, doivent user d’une grève ou d’un sit-in. «Nous sommes des parents d’élèves et responsables des familles. Nous sommes fatigués de cette pratique. Toutefois, pour nous payer, nous devrons venir au sein de la direction générale afin qu’elle nous paye notre salaire», a déploré M. Ngami.

[GARD align= »center »]

«Nous voulons qu’il y ait la paix, la cohésion sociale au sein de l’entreprise. Nous devrons mettre fin à cette guerre qui ne profite pas à l’entreprise. Les conflits dans une société se règlent autour d’une table», a-t-il suggéré aux autorités de ladite structure.

Poursuivant son propos, le secrétaire général du syndicat des postiers, a rappelé que la Sopéco est une entreprise de l’État, si la direction générale pense qu’elle n’est pas capable de gérer cette situation, elle doit cependant saisir les autorités compétentes et le ministère de tutelle.

Par ailleurs, M. Ngami a fait savoir que la Sopéco a créé un nouveau produit dénommé «Post-Mobile». Ce produit a déjà payé les allocations aux familles démunies des communes de Kintelé, Poto-Poto, Talangaï, Mfilou, Djiri, et Pointe-Noire prochainement. Ce dernier s’interroge où sont partis ces commissions et pourquoi aujourd’hui la direction de la Sopéco ne parle que de la subvention de l’État ?

[GARD align= »center »]

«Nous avons des maisons à payer, mais nous recevons nos salaires toujours en retard. Nous sommes payés à l’indice 160, alors que les travailleurs des autres entreprises sont payés à l’indice 300 », a stigmatisé M. Ngami, soulignant que les travailleurs ne sont pas avancés depuis quatre ans.

La Société des Postes et de l’Epargne du Congo a été créée sous les cendres de l’Office National des Postes et Télécommunications (Onpt) par ordonnance n°10 du 1er juillet 2001. Dissout en 2003, les agents de la Sopéco totalisent plusieurs années d’arriérés de salaires, selon le secrétaire général du syndicat des postiers. 

Avec ACI

[GARD align= »center »]

Partagez cet articles

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

En continu

Suivez-nous

Newsletter

S’abonner maintenant aux newsletter pour ne rien rater