Si le Congo rate l’alternance démocratique en 2016, la faute reviendra à l’opposition

Quelques leaders de l'opposition

Quelques leaders de l’opposition

Plusieurs Congolais aspirent à l’alternance politique en 2016, surtout l’opposition qui la réclame à tout prix. Mais, l’opposition commet la maladresse de penser que l’alternance politique doit être facilitée par le pouvoir, oubliant que c’est elle qui en est actrice principale. Il est une évidence que si l’alternance politique échoue en 2016 au Congo-Brazzaville, la faute reviendra à l’opposition pour n’avoir pas su jouer son rôle.

On appelle alternance politique, la permutation de deux partis ou de deux coalitions au pouvoir et dans l’opposition. Dans le respect du régime en vigueur, elle opère un changement de rôle entre des forces politiques situées dans l’opposition qu’une élection au suffrage universel fait accéder au pouvoir, et d’autres forces politiques qui y renoncent provisoirement pour entrer dans l’opposition (Quermonne, 2000 : 8). L’alternance concilie donc la continuité des institutions avec le renouvellement des élites. Mais elle n’entraîne pas nécessairement un changement fondamental de programmes et de politiques. Elle peut même déstabiliser le régime démocratique lorsque les projets de société qui s’affrontent sont trop éloignés l’un de l’autre. C’est pourquoi, elle requiert un minimum de consensus qui préserve les principes et valeurs de la démocratie pluraliste.

De ce point de vue, l’on comprend facilement que l’alternance démocratique ne peut s’opérer que s’il existe une bipolarisation des forces politiques : d’un côté une majorité qui cherche à conserver le pouvoir, et de l’autre une opposition qui cherche à ravir le pouvoir. Pour ravir le pouvoir, l’opposition doit mettre en œuvre une politique efficace, sur la base d’un projet de société réaliste. Son discours doit être guidé par les points inscrits dans son projet de société. Malheureusement, l’on constate que l’opposition congolaise est dans l’incapacité de proposer une alternative au pouvoir en place, à tel point qu’on la soupçonne de chercher à s’intégrer dans un système qui exclut toute possibilité d’alternance politique.

L’opposition a un grand rôle à jouer dans la vie politique d’un pays démocratique, au regard de ses fonctions : elle constitue un contre-pouvoir, c’est-à-dire empêche la majorité à mener une politique portant atteinte aux droits et libertés du peuple ; elle représente la possibilité d’une alternance politique en participant à l’existence du pluralisme politique, l’une des bases de la démocratie ; elle permet de renouveler le personnel politique, car si la majorité perd le pouvoir, il y a une forte de change de voir une nouvelle génération d’hommes politiques naître dans le pays. Le rôle de l’opposition étant essentiel en démocratie, dans certains pays elle bénéficie d’un véritable statut. En Grande-Bretagne, par exemple, on a érigé la fonction de chef de l’opposition en fonction officielle. En France, depuis la réforme constitutionnelle de 2008, la constitution prévoit que les groupes parlementaires d’opposition, ainsi que les groupes minoritaires, bénéficient de « droits spécifiques » (art. 51-1).

Cliquez ici pour lire l’article depuis sa source

A LIRE AUSSI

réseaux SOCIAUX

ARTICLES Récents

NEWSLETTER

S’abonner maintenant aux newsletter pour ne rien rater

Ici Brazza
Logo
Enable registration in settings - general