CAN-2015 : Victoire historique pour le Congo

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email

[GARD align= »center »]

Grâce à un but de leur capitaine Oniangue, les Diables rouges de Claude Le Roy ont même écrit une page d'histoire dans cette CAN-2015
Grâce à un but de leur capitaine Oniangue, les Diables rouges de Claude Le Roy ont même écrit une page d’histoire dans cette CAN-2015

Diable ! Le Congo, insolent de réalisme, a pris une belle option pour les quarts de finale en s’emparant de la tête du groupe A (4 points) au détriment du Gabon (1-0), mercredi à Bata.

Grâce à un but de leur capitaine Oniangue, les Diables rouges de Claude Le Roy ont même écrit une page d’histoire dans cette CAN-2015, puisque leur sélection restait sur 13 matches sans la moindre victoire en Coupes d’Afrique (6 nuls, 7 défaites), la dernière remontant à… 1974 !

Le Gabon (3 points) reste bien placé grâce à son succès initial face au Burkina Faso (2-0), mais a pu mesurer la cruauté de ce sport quand l’efficacité devant la cage fait défaut, et quand elle sourit à un adversaire d’un froid réalisme.

Car le Gabon a d’emblée pris les commandes de la rencontre et placé ses attaques, même si le cadre se dérobait pour Bulot (4e), Evouna (19e) et Ndong (25e). Aubameyang cadrait son coup franc, lui, mais sur le gardien (45e+1).

Les Panthères ont cependant semblé payer ces efforts infructueux: elles se sont ensuite assoupi, à l’image d’un Aubameyang quelconque après la pause. Et Madinda, bien placé, a manqué l’égalisation (81e).

Les Congolais, eux, s’étaient promis de mieux démarrer après leur première période apathique contre la Guinée équatoriale (1-1) lors du match d’ouverture de samedi, qui s’expliquait par leurs éreintantes conditions d’arrivée au stade. Or mercredi, ils ont de nouveau été transparents pendant 45 minutes.

Au moins ont-ils parfaitement réussi une autre entame, celle de la seconde période, avec ce but d’Oniangue qui profitait d’un cafouillage dans la surface et d’une absence de la défense gabonaise (48e). Le milieu de Reims aurait pu doubler la mise dans la foulée si sa volée puissante n’avait visé le gardien (54e).

Une 3e journée reste à jouer (Gabon-Guinée équatoriale et Congo-Burkina Faso): de quoi chambouler le classement ?

AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Posts

LES PLUS RECENTS

SUIVEZ NOUS

NEWSLETTER

S’abonner maintenant aux newsletter pour ne rien rater